Espace presse

mot de passe
BILLETTERIE

théâtre

perdu connaissance

Adrien Béal / Compagnie Théâtre Déplié

Achetez vos places

Le Fenêtre sur cour d’Hitchcock, au-delà de la seule enquête « policière » menée par un James Stewart plâtré, immobilisé derrière ses trop curieuses jumelles, serait une possible piste pour imaginer ce que perdu connaissance propose au spectateur. L’histoire de nos vies – et des mots dont on se sert pour en par¬ler – ressemble souvent à cela : il y a ce que l’on sait, ce que l’on voit, mais aussi ce que l’on ne sait pas, ce que l’on ne voit plus, et tout ce qu’il nous faut imaginer pour que ce curieux mélange de connaissance et d’incertitudes raconte une histoire commune et susceptible d’être partagée.

Le théâtre, qui se plaît à installer ses spectateurs devant une fenêtre dont il ouvre ou ferme les rideaux selon son bon plaisir est l’un de ces laboratoires où s’expérimentent – avec la complicité de ce même spectateur – la naissance des fictions. À partir de quelques situations clefs – un couple divorcé cherchant une solution pour la garde partagée de leur enfant, un cas de coma hors-champ, le retour au monde d’une personne qui sort juste de prison – Adrien Béal et la Cie Théâtre Déplié interrogent ces « trous » du récit pour en souligner l’inquiétante présence et la féconde nécessité. Une expérience sensible des dispositifs qui régissent nos vies, pour comprendre « que nous sommes tous sujets de la fiction qui se développe, que nous la développons ensemble, chacun depuis son endroit, qu’on soit sur scène ou dans la salle. » À l’image de son titre qui se laisse lire comme une devinette (évanouissement ? Petite annonce pour signaler la disparition d’un ami ? Perte de savoir ?) perdu connaissance confirme ce que l’on espérait du théâtre : on ne devrait y aller qu’avec l’espoir d’en rapporter quelques points d’interrogations plutôt qu’avec d’étouffantes réponses